Donnons un nouvel élan à Roubaix

Nouvelle énergie, nouvelles méthodes, nouvelles idées.

Articles Récents

Quelques billets de blog récents

Législatives, 7è et 8è circos du Nord : soutien à A.Verspieren et C.Osson

Législatives, 7è et 8è circos du Nord : soutien à A.Verspieren et C.Osson

Posted by Grégory Wanlin on 12 Juin 2017

Les résultats du premier tour des élections législatives confirment le chamboulement de la vie politique française, qui fut amorcé par la création d’En Marche ! et l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République. C’est une évidence au niveau national. C’est aussi une évidence au niveau local. Les initiatives personnelles, dictées par les égos plus que par l’analyse du paysage politique ou la défense d’un projet crédible et différenciant, sont illisibles et ont été sanctionnées, reléguées à des candidatures de témoignage. Les Roubaisiens, sur la 7ème comme sur la 8ème circonscription, ont signifié qu’ils souhaitent donner au gouvernement d’Emmanuel Macron les moyens de mettre en œuvre sa politique. J’ai une pensée pour Francis Vercamer, dont personne ne peut nier qu’il fait le job à l’Assemblée Nationale, et je trouve ses 8,7% sur Roubaix injustes. Mais ils sanctionnent le fait que, pour nombre de Roubaisiens, il est maire d’Hem bien avant d’être député de Roubaix. Il me paraitrait extrêmement pertinent qu’Arnaud Verspieren soit élu sur la 7ème circonscription, et je lui apporte tout mon soutien. Arnaud connait parfaitement le terrain roubaisien. Il est conseiller municipal de Roubaix et donc en prise directe avec les principaux enjeux de la ville. La perspective de sa victoire, et de celle de Catherine Osson, est une formidable opportunité pour Roubaix. La ville a la chance de pouvoir être représentée par 2 députés issus de la majorité présidentielle. Alimentés par leur connaissance des enjeux locaux, ils seront à même d’influer sur les leviers législatif et exécutif afin d’accélérer la transformation de Roubaix. Pour Roubaix, je soutiens sans ambiguïté Arnaud Verspieren et Catherine...

Learn More
Dimanche, avec enthousiasme, je voterai pour Emmanuel Macron

Dimanche, avec enthousiasme, je voterai pour Emmanuel Macron

Posted by Grégory Wanlin on 21 Avr 2017

Le 14 avril 2016, une semaine après le lancement du mouvement, j’adhérais à En Marche ! Nous étions à l’époque quelques milliers. Un an après, presque jour pour jour, nous sommes plus de 250 000 et jamais je n’ai eu de raison de regretter mon choix. Oh, je ne suis pas béat. Je vois les zones d’ombre du programme d’Emmanuel Macron. Je vois ceux, sur le terrain ou en coulisses, qui sont déjà dans le coup d’après. Je me souviens aussi que déjà, il y a quelques années, certains voulaient faire de la politique autrement, même réveiller la politique. J’en faisais partie. Et quel est leur message maintenant ? Qu’ont-ils fait, à part réveiller les ambitions de quelques-uns ? Je ne suis ni aveugle, ni stupide. Je sais que parmi les 250 000 marcheurs se côtoient vraisemblablement l’excellence la plus désintéressée et la médiocrité la plus calculatrice. Mais je vois surtout un homme qui a su faire se lever un formidable espoir, et je voterai sans aucune hésitation pour Emmanuel Macron. Il est le seul qui nous parle de demain avec optimisme, qui nous parle de notre avenir et nous dit qu’il peut être beau. Le seul qui envisage une France ouverte, sûre d’elle, de ses atouts, de ses valeurs et de ses citoyens. Le seul qui ne nie pas les difficultés, mais qui affirme clairement que les résoudre dépend principalement de nous, qui ne se cache pas derrière la prétention que tout irait mieux s’il y avait en France moins de Chinois, d’Allemands, de Polonais ou d’Arabes. Le seul qui affirme clairement que tous ceux qui nous promettent que la France irait mieux...

Learn More
Oui, c’est l’heure de vérité

Oui, c’est l’heure de vérité

Posted by Grégory Wanlin on 1 Fév 2017

En Marche ! intrigue. En Marche ! interroge. En Marche ! interpelle. Parce que le mouvement ne rentre pas dans les cases, parce qu’il casse certains codes imposés par les partis traditionnels. Emmanuel Macron n’est pas le premier à comprendre que les partis, tels qu’ils s’organisent aujourd’hui, sont morts. Mais il est le premier à réussir à créer une réelle alternative, et à l’imposer dans le paysage politique comme une évidence incontournable. Oui, En Marche ! repose sur des intuitions géniales, comme le souligne Youenn Martin dans Nord Eclair, telle celle de permettre à n’importe qui de créer son comité local, de laisser le temps au temps, de voir quels comités prospèrent, lesquels ne décollent pas, avant d’opérer un nettoyage. Comment pourrait-il en être autrement dans un nouveau mouvement ? Aurait-il fallu qu’Emmanuel Macron et son équipe tirent un chef du chapeau, placent leurs amis, imposent les élus locaux, bref, fassent de la vieille politique ? Autre intuition géniale, celle d’affirmer, clairement, qu’En Marche ! proposera 50% de candidats issus de la société civile aux législatives, et 50% de femmes dans les circonscriptions dites « gagnables ». Youenn Martin s’interroge sur la fraicheur du mouvement ? Mais elle est là ! Certes, cela passe par assumer le fait que ce soit « le chef » qui désigne les candidats, et non pas les militants. Mais c’est nécessaire afin d’assurer, justement, cet équilibre national. C’est nécessaire, aussi, afin de s’assurer que les réfugiés politiques de gauche comme de droite n’arrivent pas avec leurs hordes de suiveurs, en ayant pour seul but de gagner le vote militant pour une investiture. Oui, nous accueillons ceux, et de droite, et de gauche, qui se reconnaissent dans...

Learn More
Réduction des déchets : une urgence sociale

Réduction des déchets : une urgence sociale

Posted by Grégory Wanlin on 6 Déc 2016

Dans son Point de Vue dans Nord Eclair d’hier, Youenn Martin qualifiait l’ambition 0 déchet de Roubaix de « mesure sociale ». Je partage pleinement son avis. Dans mon intervention en conseil métropolitain vendredi 2 décembre, j’avais même été plus loin en la qualifiant d’urgence sociale. Voici ci-dessous le texte de mon intervention. M. le Président, Mmes et MM. les vice-présidents, mes chers collègues, l’année dernière, l’astrophysicien et écologiste Hubert Reeves venait inaugurer le jardin d’une école à Roubaix. Les enfants, très fiers de lui faire visiter leur oasis de biodiversité en plein centre-ville, lui ont demandé pourquoi il était important qu’eux prennent soin de leur environnement alors qu’il leur semblait qu’autour d’eux, si peu de personnes s’en souciaient. Hubert Reeves leur a raconté la légende du colibri. Dans la forêt amazonienne, un incendie s’est déclaré. Le colibri fait des allers-retours incessants entre la rivière et le feu, pour déposer avec son bec quelques gouttes d’eau sur les flammes. Les animaux de la jungle regardent ce manège et se moquent de lui. Comment, c’est toi, petit oiseau minuscule, qui prétends éteindre cet incendie immense ? Non, répond le colibri. Je ne prétends pas l’éteindre seul. Mais pendant que vous, vous regardez et commentez, moi, je fais ma part. Mes chers collègues, chaque Noël, on pourrait recouvrir entièrement les villes de Lille, Roubaix, Tourcoing et Wattrelos avec le papier cadeau mis à la poubelle par les Français. Toutes les 2 heures, on pourrait remplir le stade Pierre Mauroy avec les déchets produits en France pendant ces 2 heures. Alors non, ce plan de prévention des déchets ne va pas tout régler à...

Learn More
Parce qu’il ne suffit pas d’ouvrir les yeux

Parce qu’il ne suffit pas d’ouvrir les yeux

Posted by Grégory Wanlin on 1 Août 2016

Il suffirait d’ouvrir les yeux, apparemment, pour voir l’inefficacité du service Vivacité de la ville de Roubaix. Peut-être. Personnellement, n’étant pas doué du don de vision universelle, pour commenter un sujet aussi sérieux et complexe, je préfère me baser sur des faits. Service de la Ville destiné à recevoir les signalements de dysfonctionnements ou d’atteintes au cadre de vie, Vivacité a bénéficié depuis 2 ans d’évolutions majeures. D’une part, la communication sur l’existence de ce service, qui avait été largement abandonnée, a été renforcée. D’autre part, les moyens de saisir cette équipe ont été élargis. La saisie en ligne via le site web de la mairie a été simplifiée, et nous avons introduit une application mobile, en 2015. Cette appli est d’ailleurs, depuis le 2è trimestre 2016, le premier moyen de signalement utilisé par les roubaisiens. En pratique, ces efforts ont permis d’augmenter le nombre de signalements reçus par la plateforme Vivacité, d’environ 10000 en 2014 à 12000 en 2015, et 2016 devrait avoisiner les 15000 signalements. Les signalements du public concernant la propreté urbaine peuvent être divisés en 2 groupes : Manque de propreté générale d’une rue ou d’un trottoir d’une part, Signalement d’un dépôt sauvage d’autre part Les signalements concernant la propreté générale étaient au nombre de 1718 en 2014, 1421 en 2015, et, au rythme actuel, seront de l’ordre de 670 en 2016. Ceci valide les efforts budgétaires et de réorganisation faits par la ville lors des 2 dernières années. A l’inverse, les signalements de dépôts sauvages augmentent après une pause en 2015 : de 5911 en 2014, ils étaient 3920 en 2015, et seront vraisemblablement au-delà de...

Learn More
Pourquoi je rejoins La Transition

Pourquoi je rejoins La Transition

Posted by Grégory Wanlin on 25 Mar 2016

  En 2011, j’ai pris ma carte dans un parti politique. J’ai rejoint le Nouveau Centre, parce que je ne voulais ni de Nicolas Sarkozy ni de François Hollande. Ironie du sort, j’ai fini par voter Sarkozy, et j’ai eu Hollande. Était-ce si grave finalement ? Quand on est social-libéral, on est de toute façon condamné à errer entre le conservatisme de gauche et le conservatisme de droite. Condamné à expliquer si on est plutôt « social » ou plutôt « libéral ». Donc de gauche, ou de droite (comme si la droite était libérale…). Je m’y refuse. Je refuse de me positionner au nom d’idéologies qui ne sont plus que des postures responsables de 40 ans de désastres sociaux et économiques. Ni la droite ni la gauche ne méritent l’allégeance absurde qu’on leur fait, aucune d’elles n’ayant montré quelque aptitude que ce soit à régler les problèmes du présent, et encore moins à anticiper ceux de demain. La gauche ? Belle affaire. Elle a tour à tour abandonné les ouvriers, les ruraux, les « majorités », la laïcité, pour se focaliser sur les urbains, les CSP+, les minorités. Que reste-t-il d’elle ? Et que reste-t-il de la droite, qui a abandonné à sa frange extrême l’idée de Nation, qui n’ose plus parler de responsabilité individuelle, et qui parle d’autorité tout en en ayant démantelé les bases. Pourquoi faudrait-il se revendiquer de gauche ou de droite quand l’une comme l’autre ont remplacé l’idéologie par l’allégeance aux sondages et la soumission aux lobbies ? Les partis sont morts, et le roi est nu, mais personne ne l’avouera. Et pourtant, il y a urgence à regarder la vérité en face. En France,...

Learn More