Citoyenneté

Douane de Reckem : pourquoi j’irai voir les travaux Commentaires fermés sur Douane de Reckem : pourquoi j’irai voir les travaux

Douane de Reckem : pourquoi j’irai voir les travaux

Posted on 12 Fév 2014

La presse locale s’en fait largement l’écho, le poste-frontière de Reckem est en train d’être démantelé. La signification pratique pour les plusieurs milliers d’automobilistes invités à emprunter une déviation pendant les travaux, est, pour moi, largement éclipsée par l’aspect symbolique. J’ai grandi à quelques encablures de la Belgique et du Luxembourg. Un de mes plus anciens souvenirs de vacances chez ma grand’mère maternelle est d’embarquer dans la 2CV grise puis, plus tard, dans la Golf rouge de mon oncle pour aller faire le plein en Belgique. Déjà à l’époque, à la fin des années 1970, la guérite du douanier, au détour de la petite route de campagne, aux confins du bois de Musson (ou était-ce celui de Gueville ?) était abandonnée. Dans ma mémoire, c’est une petite guitoune en bois, aux bandes de peinture rouge et blanche écaillée, en train de perdre sa bataille contre les herbes folles. C’était un voyage magique. Il n’était pas long, quelques kilomètres, mais c’était l’aventure. On changeait de pays. On franchissait une frontière, furtivement. On passait par les petites routes, pour ne pas avoir à s’arrêter aux postes de douane encore en service. C’était avant Schengen… Je mentirais si je disais que ce sont ces escapades qui ont forgé ma conscience européenne. Mais je...

Learn More
Expulsion de Léonarda : que retirer de cette tragédie? Commentaires fermés sur Expulsion de Léonarda : que retirer de cette tragédie?

Expulsion de Léonarda : que retirer de cette tragédie?

Posted on 16 Oct 2013

Le pays s’émeut depuis 24 heures de l’arrestation d’une collégienne Rom pendant une sortie scolaire, en vue de son expulsion du territoire français avec sa famille. Personne ne peut rester insensible à cette tragédie humaine, dont l’enfant en question, Léonarda, n’est en outre aucunement responsable. Personne ne peut, non plus, contester l’application de la loi. Si les préfets disposent d’une faculté de discernement, qu’ils en usent, afin que les conditions d’expulsion ne soient pas inutilement humiliantes ou dégradantes. Si la loi est mal faite, et c’est au Parlement d’en juger, il faut la changer. J’avais décidé, dans mon billet de blog du 3 juin, de ne plus m’exprimer sur le sujet des Roms, estimant que  l’hystérie ambiante rendait tout débat impossible. Je reviens sur cette décision parce que j’avais aussi écrit : « L’intégration, en particulier, ne peut se faire qu’à travers un plan à l’échelle de LMCU, portant sur un nombre limité d’individus, qui ont montré leur réel désir de s’intégrer en s’assurant de l’assiduité de leurs enfants à l’école. Pour ces familles, oui, un plan doit être formulé. »   L’épisode actuel me conforte dans l’idée que, à LMCU comme ailleurs en France, il est impératif que les familles dont les enfants sont scolarisés fassent l’objet d’un réel soutien....

Learn More
Laïcité à Roubaix – ce que le NYT n’a pas dit 4

Laïcité à Roubaix – ce que le NYT n’a pas dit

Posted on 7 Août 2013

Il ne doit pas être aisé, pour un journaliste, d’écrire un papier sur une ville qu’on ne connait pas, après y avoir passé quelques heures, en ayant négocié la barrière d’une langue et d’une culture différentes, et en tentant de séparer, dans le discours du directeur de la communication local, l’information de l’exercice de relations publiques. Dans leur article pour le New York Times, Alissa Rubin et Maïa de la Baume ont donc fait ce qu’elles ont pu. Le portrait qu’elles brossent de Roubaix a l’immense mérite d’être porteur d’espoir, ce qui est suffisant pour qu’on leur pardonne les manques criants de cet article, qui tient finalement plus du publi-reportage que de l’investigation. Je me permets cependant de relever quelques points qui m’ont interpellé à la lecture de l’article. D’une part, l’article ne fait jamais nettement la distinction entre immigration, culture, et religion. En particulier, un raccourci un peu rapide est fait entre islam et immigration. Quand l’article décrit Roubaix comme un berceau de l’immigration, il oublie de préciser que nombre de roubaisiens musulmans sont nés en France voire, pour nombre d’entre eux, à Roubaix. Par conséquent, petit à petit la question n’est plus l’intégration de populations de culture (et, accessoirement, de religions) différentes dans la population locale, mais...

Learn More
Hommage à Pierre Prouvost Commentaires fermés sur Hommage à Pierre Prouvost

Hommage à Pierre Prouvost

Posted on 23 Juil 2013

  On apprend ce matin le décès de Pierre Prouvost, qui fut député du Nord de 1978 à 1986 et maire de Roubaix de 1977 à 1983. Bien sûr, je ne le connaissais pas, j’étais enfant lors de ses mandats, mais je sais le respect qu’il inspirait à nombre de roubaisiens. Le semaine dernière encore, un ancien me racontait sa vie « sous » les grands maires de Roubaix : Jean Lebas, Victor Provo, Pierre Prouvost, André Diligent. Pour moi, avec le recul , Pierre Prouvost est surtout le maire sous l’impulsion duquel furent créés les comités de quartier. C’est sous son mandat que Roubaix est devenue une pionnière de la démocratie de proximité. Prouvost croyait fermement à la nécessité d’impliquer les citoyens dans la construction et la gestion de la ville, à la nécessité  d’être à l’écoute, comme en témoigne son discours lors du carrefour « Vie de quartier et développement de la vie associative » tenu à Roubaix en juin 1979. « Ce sont les associations qui favorisent l’expression des besoins et permettent d’enrichir le dialogue entre l’administration et la population […] Il est donc nécessaire qu’elles soient présentes tout au long du processus d’élaboration des décisions […] Il faut enrichir ce dialogue démocratique en créant des conditions d’intervention constantes des associations […]...

Learn More
Roubaix : Vivement novembre… Commentaires fermés sur Roubaix : Vivement novembre…

Roubaix : Vivement novembre…

Posted on 8 Juil 2013

On apprenait ce week-end que le maire de Roubaix a pris un arrêté forçant les cafetiers de l’Epeule à fermer leurs terrasses à 20h30 l’été. Trois choses sont choquantes dans cette décision. Pour commencer, l’arrêté n’aurait rien à voir avec le ramadan. Sauf que les rues concernées ne sont pas celles, pour reprendre les propos d’un habitant, « où il y a le moins de personnes qui suivent le jeûne ». Et la pirouette de la maire de quartier laissant entendre, en creux, que quand le ramadan sera en hiver, les cafetiers pourront ouvrir leurs terrasses, prête à sourire. Ensuite, la juxtaposition des sujets est symptomatique de la navigation à vue de l’équipe actuelle. Pas de cap, pas de travail commun, pas de projet partagé. Un jour la presse relaie la décision de fermer les terrasses des cafés, le lendemain l’adjoint au commerce se lamente des difficultés du commerce roubaisien. En septembre, s’étonnera-t-il aussi que les 10.000 étudiants de la ville désertent Roubaix le soir et préfèrent sortir à Lille ? Enfin, le manque de concertation, encore et toujours. D’après la mairie, la concertation a eu lieu. D’après les cafetiers, la réunion était une réunion d’information sur une décision déjà prise. Pourtant, pour une municipalité qui se dit attachée au « vivre ensemble »...

Learn More
Roms : 5 commentaires et puis basta Commentaires fermés sur Roms : 5 commentaires et puis basta

Roms : 5 commentaires et puis basta

Posted on 3 Juin 2013

Ce billet a failli s’intituler WTF. Vous avez donc échappé au pire. Puis on m’a dit, sans doute avec raison, que ça passait moyennement en blog. Donc à la place je vous livre, en vrac il est vrai, 5 commentaires sur l’évolution du dossier des Roms de la rue d’Avelghem. Et puis fini, basta, je parlerai dorénavant d’autre chose.   1. Le 27 septembre 2012, je terminais un billet de blog par la phrase suivante : « Qu’il faille éradiquer le racisme, dans toutes ses manifestations, c’est certain, mais plutôt que de s’attaquer aux symptômes, attaquons-nous aux causes. A Roubaix comme ailleurs, cela doit se faire par le biais des politiques d’intégration, d’éducation, d’emploi et enfin, en bout de chaîne, de sécurité. » Je maintiens ce que je disais alors, et je répète que déplacer un camp Rom de 200 mètres ne résout aucune des problématiques d’intégration, d’éducation, d’emploi ou de sécurité. Je comprends la tentation de maintenir contre vents et marées que la décision du chef est nécessairement la bonne, mais à ce jour aucun plan concret n’a été rendu public pour permettre de l’affirmer. L’intégration, en particulier, ne peut se faire qu’à travers un plan à l’échelle de LMCU, portant sur un nombre limité d’individus, qui ont montré leur réel désir de...

Learn More