Emploi / économie

Ravalement de la Mairie : étude de cas Commentaires fermés sur Ravalement de la Mairie : étude de cas

Ravalement de la Mairie : étude de cas

Posted on 27 Jan 2014

Dans quelques années, les étudiants du DU Acheteur Public ou de la Licence Professionnelle Gestion des Achats de l’IUT de Roubaix étudieront certainement, comme étude de cas, le marché de ravalement de la façade de l’hôtel de ville de Roubaix . L’article paru dans Nord Eclair constitue un excellent support à cette étude.   1. « Alors que le contrat de départ avait estimé le marché à 1,05 million d’euros, l’entreprise a conclu que sa prestation « réelle » devait être estimée autour de 1,6 million. » Il est courant, pour un marché complexe, de ne pas connaître précisément au début des travaux leur montant total. On peut légitimement estimer que la dépose des ardoises de la toiture de la mairie ou l’échafaudage de la façade ont révélé des travaux supplémentaires indispensables qui n’étaient pas visibles auparavant. Mais il existe une procédure très codifiée pour intégrer ces travaux additionnels au contrat. Ils doivent faire l’objet d’un avenant, décrivant avec précision les modifications ou ajouts au contrat, les délais supplémentaires si nécessaire, ainsi que le prix des nouvelles prestations. Ces avenants sont évidemment négociés et signés par les deux parties avant le début des travaux visés. Il est donc impossible, dans un contrat bien géré, de parvenir en fin de contrat avec une « différence d’opinion »...

Learn More
Cazeaux : pourquoi ce silence de la Mairie? Commentaires fermés sur Cazeaux : pourquoi ce silence de la Mairie?

Cazeaux : pourquoi ce silence de la Mairie?

Posted on 6 Jan 2014

Les difficultés de certaines entreprises sont plus médiatisées que d’autres. Elles reçoivent alors, aussi, plus d’attention des élus. Ou est-ce l’inverse ? Toujours est-il que le cas de la redoute est exemplaire en ce domaine, tant il a focalisé, à raison, l’attention des élus locaux comme des médias. D’autres entreprises, elles, souffrent sans bruit ou presque, et sans mobilisation d’élus pour les sauver. Certaines,  aussi, disparaissent, comme Cazeaux, de la Chapelle d’Armentières. Pourquoi mentionner cette entreprise sur ce blog roubaisien ? Tous simplement parce que Cazeaux est l’entreprise quoi a procédé au ravalement de la façade de l’hôtel de ville de Roubaix, lui rendant d’après la ville sa « façade lumineuse qui a retrouvé la splendeur de sa jeunesse ». Cette petite entreprise, au chiffre d’affaires de 4 à 5 millions d’euros suivant les années, avait décroché ce chantier de 3,5 millions d’euros et 20 mois de travaux en 2011, pour une livraison en juillet 2013. Un beau contrat, un gros risque aussi tant un contrat représentant une telle part du chiffre d’affaires place  de contraintes sur la trésorerie d’une entreprise. Evidemment on se doute que la ville, en acteur économique responsable, avait pris ses précautions à la fois pour se protéger d’une défaillance et pour assurer un flux de trésorerie à...

Learn More
La Redoute : il faut sortir de l’incantation Commentaires fermés sur La Redoute : il faut sortir de l’incantation

La Redoute : il faut sortir de l’incantation

Posted on 30 Oct 2013

Comme tous les Roubaisiens, je suis choqué, attristé par l’annonce du plan de restructuration massif de La Redoute, qui pourrait déboucher sur la perte de 700 emplois. Bien entendu, la ville de Roubaix doit faire le maximum pour limiter la casse, et garantir la sauvegarde d’autant d’emplois que possible. Mais ceci nécessite de regarder la réalité de la situation de l’entreprise, et de sortir d’une position purement incantatoire. La Redoute est confrontée à de réelles difficultés stratégiques (virage internet pris sur le tard et de façon malhabile, clientèle presque exclusivement féminine, déficit d’image à l’international, etc) qui plombent ses comptes et la rendent déficitaire depuis des années.  Cette position n’est pas tenable et nécessite un repositionnement majeur sur lequel le maire de Roubaix, quels que soient ses talents, n’a pas le pouvoir d’agir. La question est donc bien plus large que la simple mise sous pression de la direction de Kering et la négociation à la baisse du nombre de suppressions d’emplois à court terme, même si cela est bien entendu une obligation. Le réel enjeu est de créer, avec l’appui de Kering, les conditions pour que Roubaix demeure, ou redevienne, le leader de la vente à distance. L’objectif stratégique doit être de créer un écosystème favorisant la création...

Learn More
Commerce à Roubaix : retour vers le futur Commentaires fermés sur Commerce à Roubaix : retour vers le futur

Commerce à Roubaix : retour vers le futur

Posted on 6 Sep 2013

On apprenait il y a quelques jours que Roubaix venait de créer un poste de manager du commerce du centre-ville. La principale information était donc, en creux, qu’il n’y en avait pas jusqu’à présent. Le métier de manager de centre-ville s’est répandu en France à partir des années 1990. C’est un concept dont on parlait déjà lorsque je faisais mes études de commerce il y a plus de 20 ans. Vu l’état du commerce roubaisien, on aurait pu s’attendre à ce que cette décision soit prise il y des années. On apprend, maintenant, que le maire de Roubaix dit veut rendre le centre-ville piéton. C’est une idée intéressante. Tellement intéressante, même, qu’elle faisait partie du plan proposé par l’opposition municipale en début de mandat. On ne peut que regretter aujourd’hui que le manque de collégialité et de vision de l’équipe municipale ait fait louper le coche à l’époque. Car, si la piétonisation aurait pu être un remède à la désertification du centre-ville il y a quelques années, les conditions ne sont maintenant clairement plus réunies. Les prérequis et les conditions de succès de secteurs piétons sont connus et bien documentés, qu’il s’agisse de conditions politiques, ou de conditions physiques et pratiques. Une des conclusions unanimes des expériences de piétonisation est...

Learn More
Roubaix : Vivement novembre… Commentaires fermés sur Roubaix : Vivement novembre…

Roubaix : Vivement novembre…

Posted on 8 Juil 2013

On apprenait ce week-end que le maire de Roubaix a pris un arrêté forçant les cafetiers de l’Epeule à fermer leurs terrasses à 20h30 l’été. Trois choses sont choquantes dans cette décision. Pour commencer, l’arrêté n’aurait rien à voir avec le ramadan. Sauf que les rues concernées ne sont pas celles, pour reprendre les propos d’un habitant, « où il y a le moins de personnes qui suivent le jeûne ». Et la pirouette de la maire de quartier laissant entendre, en creux, que quand le ramadan sera en hiver, les cafetiers pourront ouvrir leurs terrasses, prête à sourire. Ensuite, la juxtaposition des sujets est symptomatique de la navigation à vue de l’équipe actuelle. Pas de cap, pas de travail commun, pas de projet partagé. Un jour la presse relaie la décision de fermer les terrasses des cafés, le lendemain l’adjoint au commerce se lamente des difficultés du commerce roubaisien. En septembre, s’étonnera-t-il aussi que les 10.000 étudiants de la ville désertent Roubaix le soir et préfèrent sortir à Lille ? Enfin, le manque de concertation, encore et toujours. D’après la mairie, la concertation a eu lieu. D’après les cafetiers, la réunion était une réunion d’information sur une décision déjà prise. Pourtant, pour une municipalité qui se dit attachée au « vivre ensemble »...

Learn More
Pierre Dubois : Mon bilan is the best Commentaires fermés sur Pierre Dubois : Mon bilan is the best

Pierre Dubois : Mon bilan is the best

Posted on 14 Mai 2013

  Dans une interminable litanie (tronquée, par bonheur,  en plein milieu d’un mot, comme si son auteur avait été lui-même lassé de cet effort grotesque pour défendre un bilan indéfendable), Pierre Dubois déroule le bilan d’un an au service des roubaisiens.         Morceaux choisis : Un « effort sur la propreté ». Traduction : la ville a installé 50 corbeilles à papier. Un peu dérisoire par rapport aux  dépôts sauvages qui polluent les quartiers pendant des semaines (voire des mois) et semblent n’être ramassés que quand les riverains alertent la presse, non ? Un autre « effort », sur la sécurité cette fois, et le développement de la vidéo-surveillance. Comme boulevard de Fourmies, où on s’aperçoit que la caméra n’avait jamais été connectée, à l’occasion d’un braquage survenu juste en face de ladite caméra. Le commerce favorisé sur la Grand-Place. Personnellement j’aimerais qu’on me cite le nom d’un seul nouveau commerce Grand-Place, à opposer aux fermetures de la Civette, d’Utility, de l’Hôtel de France, de VdB, du Beverly, de Darty un peu plus loin. L’installation d’une ruche d’entreprises en lieu et place d’ETO. Laisser partir ETO et ses 200 emplois pour les remplacer par une ruche d’entreprises (pas encore ouverte) et ses quelques emplois permanents est une réussite. Doit-on en conclure que les...

Learn More