Pierre Dubois : Mon bilan is the best

bilan

 

Dans une interminable litanie (tronquée, par bonheur,  en plein milieu d’un mot, comme si son auteur avait été lui-même lassé de cet effort grotesque pour défendre un bilan indéfendable), Pierre Dubois déroule le bilan d’un an au service des roubaisiens.

 

 

 

 

Morceaux choisis :

  • Un « effort sur la propreté ».

Traduction : la ville a installé 50 corbeilles à papier. Un peu dérisoire par rapport aux  dépôts sauvages qui polluent les quartiers pendant des semaines (voire des mois) et semblent n’être ramassés que quand les riverains alertent la presse, non ?

  • Un autre « effort », sur la sécurité cette fois, et le développement de la vidéo-surveillance.

Comme boulevard de Fourmies, où on s’aperçoit que la caméra n’avait jamais été connectée, à l’occasion d’un braquage survenu juste en face de ladite caméra.

  • Le commerce favorisé sur la Grand-Place.

Personnellement j’aimerais qu’on me cite le nom d’un seul nouveau commerce Grand-Place, à opposer aux fermetures de la Civette, d’Utility, de l’Hôtel de France, de VdB, du Beverly, de Darty un peu plus loin.

  • L’installation d’une ruche d’entreprises en lieu et place d’ETO.

Laisser partir ETO et ses 200 emplois pour les remplacer par une ruche d’entreprises (pas encore ouverte) et ses quelques emplois permanents est une réussite. Doit-on en conclure que les 3000 habitants de moins et 3000 chômeurs de plus à Roubaix depuis le début du mandat actuel en 2008 sont une excellente nouvelle ?

  • Le projet d’extension du Musée.

Signe que Pierre Dubois en est vraiment à gratter les fonds de tiroir, il présente à l’actif de son bilan un projet dont les travaux n’ont même pas commencé, et dont on ne peut par conséquent pas juger de la réussite, ni sur le plan de la fréquentation, ni sur le plan architectural, ni, crucialement, budgétaire.

 

J’arrête ici cette énumération. Le reste de la liste, qui serait drôle si nous étions spectateurs plutôt que passagers dans ce naufrage, est disponible sur le blog du Maire. J’espère que la méthode Coué est remboursée par la Sécu, parce que Pierre Dubois est en train d’accumuler une sacrée facture.