Roms : 5 commentaires et puis basta

Ce billet a failli s’intituler WTF. Vous avez donc échappé au pire. Puis on m’a dit, sans doute avec raison, que ça passait moyennement en blog. Donc à la place je vous livre, en vrac il est vrai, 5 commentaires sur l’évolution du dossier des Roms de la rue d’Avelghem. Et puis fini, basta, je parlerai dorénavant d’autre chose.

 

1. Le 27 septembre 2012, je terminais un billet de blog par la phrase suivante :

« Qu’il faille éradiquer le racisme, dans toutes ses manifestations, c’est certain, mais plutôt que de s’attaquer aux symptômes, attaquons-nous aux causes. A Roubaix comme ailleurs, cela doit se faire par le biais des politiques d’intégration, d’éducation, d’emploi et enfin, en bout de chaîne, de sécurité. »

Je maintiens ce que je disais alors, et je répète que déplacer un camp Rom de 200 mètres ne résout aucune des problématiques d’intégration, d’éducation, d’emploi ou de sécurité. Je comprends la tentation de maintenir contre vents et marées que la décision du chef est nécessairement la bonne, mais à ce jour aucun plan concret n’a été rendu public pour permettre de l’affirmer. L’intégration, en particulier, ne peut se faire qu’à travers un plan à l’échelle de LMCU, portant sur un nombre limité d’individus, qui ont montré leur réel désir de s’intégrer en s’assurant de l’assiduité de leurs enfants à l’école. Pour ces familles, oui, un plan doit être formulé.

 

2. La majorité bien-pensante s’émeut que l’opposition ait osé aller à la rencontre des habitants du quartier pour porter un message différent. Ben ouais les gars, et si j’étais vous j’irais aussi, parce que sinon c’est le FN qui va recoller vos pots cassés, et même si encore une fois je comprends le calcul un peu transparent qui consiste à penser qu’une hausse du FN mettrait l’opposition en difficulté pour 2014, je ne pense pas qu’à long terme cela règle vraiment quelque problème que ce soit.

 

3. Pierre Dubois porte plainte contre l’habitant ayant suggéré de mettre les Roms à Auschwitz. Même si évidemment je condamne le propos, j’aurais beaucoup plus de sympathie pour la démarche  du maire si, avec le supposé courage tant vanté par lui-même et ses partisans, il s’était élevé contre ces propos au moment où ils ont été prononcés, plutôt que de prétendre n’avoir rien entendu. Il s’émeut du manque de condamnation mais c’est lui, le premier, qui a laissé courir plutôt que de tuer la polémique dans l’œuf.

 

4. On apprend que Pierre Dubois a choisi d’attendre la Fête de l’Amitié pour annoncer publiquement qu’il portait plainte. Bof. Juste bof. Cette médiatisation me parait de mauvais goût pour les raisons citées précédemment.

 

5. Je ne vous cacherai pas que l’instrumentalisation et la caricature autour de ce sujet me pèsent. C’est typiquement le type de sujet où un peu de débat préalable et de bonne foi permettrait de trouver un compromis plus satisfaisant pour tout le monde. A ce titre, l’inscription d’une délibération à l’ordre du jour du conseil municipal aurait probablement été le minimum requis.